Le Gazoduc Espagne-France Augmente Sa Capacité De 18%

Un gazoduc existant reliant l’Espagne à la France via les Pyrénées a augmenté sa capacité de 18% et pourrait être utilisé immédiatement si la France le demande, a déclaré jeudi la ministre espagnole de la Transition énergétique, Teresa Ribera, lors d’une visite à l’une des stations de compression du gazoduc.

L’Espagne et la France sont actuellement reliées par deux gazoducs qui pourraient acheminer le gaz de l’Espagne vers son voisin du nord si nécessaire.

L’interconnexion qui passe par Irun a passé avec succès les tests techniques de démarrage pour augmenter la capacité de 18 % par rapport aux niveaux actuels, ce qui signifie que si elle est pleinement utilisée en direction de la France, l’interconnexion pourrait fournir 6 % de la consommation française de gaz naturel.

Selon les médias espagnols, l’opérateur espagnol Enagas s’attend à ce que l’augmentation de capacité soit prête à partir du 1er novembre, début officiel de la saison de chauffage hivernale en Europe. Si nécessaire, la capacité accrue peut être utilisée immédiatement car elle est déjà techniquement disponible.

Le ministre espagnol a déclaré que l’augmentation de la capacité de l’interconnexion à Irun renforcera la sécurité d’approvisionnement en gaz de l’Europe.

L’Espagne ne dépend pas de la Russie pour l’approvisionnement en gaz, mais elle dispose de six terminaux d’importation de GNL et se trouve sur le tracé des gazoducs reliant l’Afrique du Nord à l’Europe. L’Espagne, cependant, n’est pas bien connectée via des pipelines aux autres pays européens, ce qui limite l’accès européen aux importations de GNL.

L’Espagne propose un troisième gazoduc vers la France et vers l’Europe centrale, mais la France semble réticente à le faire construire.

De nouveaux terminaux GNL en Europe du Nord et de l’Est seraient une meilleure option pour atténuer la crise du gaz en Europe qu’un nouveau gazoduc entre l’Espagne et la France, a déclaré le ministère français de la Transition énergétique à la mi-août. Un nouveau gazoduc entre l’Espagne et la France mettrait des années à être opérationnel et coûterait au moins 2,96 milliards de dollars (3 milliards d’euros), a indiqué le ministère français dans un communiqué de Reuters.

Thierry Breton, le commissaire européen au marché intérieur, a déclaré qu’un nouveau gazoduc reliant l’Espagne et la France pourrait ne pas avoir de sens économique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.