La victoire de Macron Lui donne une deuxième chance dans la réforme de l’immigration

Le dirigeant le plus visible de l’UE à l’heure actuelle, sans doute après la sortie de l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel de la scène mondiale, le président Macron devrait s’attaquer à ce que l’ONU a appelé la « crise de réfugiés à la croissance la plus rapide depuis la Seconde Guerre mondiale ».

 « La France fera sa part… Nous travaillons dur pour accueillir ces réfugiés dans les meilleures conditions possibles », a-t-il déclaré à propos de la crise dans un discours adressé au peuple français début mars.

Le président français a fait pression pour le rétablissement d’une directive de protection temporaire à l’échelle de l’UE le mois dernier, permettant aux Ukrainiens de rester dans les États membres jusqu’à 3 ans et offrant un moyen simple d’obtenir des permis de séjour. De plus, il a été promis par le gouvernement macronien que le logement et l’accompagnement des enfants intégrés dans les écoles françaises.

Le président français a même plaidé pour que les réfugiés ukrainiens hors des frontières du pays accusent le gouvernement britannique de ne pas être à la hauteur de ses « grandes déclarations » en imposant que les demandes de visa pour le Royaume-Uni soient faites en personne à Paris et à Bruxelles.  

 « J’espère que les hommes et les femmes ukrainiens qui ont vécu l’horreur et traversé l’Europe pour rejoindre leurs familles sur le territoire britannique seront mieux traités », avait-il déclaré début mars, selon le Guardian.

Cependant, alors que près de 45 000 Ukrainiens ont été chaleureusement accueillis dans le pays dont la devise est l’égalité, la fraternité et la liberté, Macron a historiquement adopté un ton différent envers les réfugiés de l’extérieur de l’UE. Macron a développé une relation tendue avec les immigrés, en particulier les musulmans de France, au cours des 5 dernières années  

En 2018, l’ONU a critiqué la France et le gouvernement Macron pour « des politiques migratoires de plus en plus régressives et les conditions inhumaines et inférieures aux normes subies par les migrants ». Deux ans plus tard, le pays a été condamné à une amende par la Cour européenne des droits de l’homme pour le traitement similaire de trois demandeurs d’asile.

Le mandat de Macron a vu la destruction systématique des colonies de migrants par les autorités parisiennes et notoirement la ville de Calais, dont la proximité avec la Manche l’a rendue fascinante pour les migrants tentant d’atteindre le Royaume-Uni.

Les migrants en compétition pour un statut légal sont aux prises avec des retards importants dans le processus et ce que Fabien Goa, chercheur pour Amnesty International, a appelé une « criminalisation de l’aide » dans laquelle les volontaires potentiels sont légalement ou physiquement empêchés d’offrir une aide humanitaire aux réfugiés. 

Les immigrés non européens représentent une plus petite partie de la population de la France par rapport aux autres États membres. Selon un décompte de janvier 2021, le nombre de ressortissants de pays tiers dans le pays s’élevait à 3,7 millions, soit 5,5 % de la population, bien en deçà du pourcentage de nombreux autres États membres de l’UE.

Dans le cadre de sa campagne actuelle, Macron prévoyait de mettre en place des éléments essentiels de maîtrise de la langue française pour ceux qui recherchent des résidences de longue durée. Au cours de la présidence tournante de six mois du Conseil de l’UE de la France, qui se termine en juin, il a fait pression pour renforcer les frontières extérieures du bloc contre les personnes entrant illégalement dans la zone sans passeport du bloc.

« Notre zone sans passeport (en Europe) est menacée si nous ne savons pas comment protéger nos frontières extérieures et contrôler qui entre », a déclaré Macron au journal La Voix du Nord.

Avant la guerre d’Ukraine, qui a poussé plus de 5 millions de personnes à fuir le pays, le président français a appelé à un organe politique européen précis qui traiterait des problèmes d’immigration et serait capable de prévoir et d’élaborer des plans pour arrêter les crises, selon ABC Nouvelles. Il a également cherché à réduire le nombre de visas délivrés aux pays non membres de l’UE qui ne veulent pas reprendre leurs citoyens qui se sont vu refuser l’asile dans l’UE.

Dans des commentaires antérieurs, il a également appelé à une « force de réaction rapide pour aider à protéger les frontières des États de l’UE en cas d’afflux de migrants et fait également pression pour repenser le processus de demande d’asile du bloc », selon ABC.

Bien sûr, ces objectifs étaient partagés dans un monde antérieur à l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février .

Désormais, « l’attention de nombreux diplomates (et législateurs) s’est portée ailleurs », déclare Camille Le Coz, analyste politique senior au Migration Policy Institute.

Étant donné que Macron cherche à influencer la politique d’immigration de l’UE pendant la crise ukrainienne et au-delà, Pierre Morcos, chercheur invité au Centre d’études stratégiques et internationales, a déclaré que sa principale priorité serait de « continuer à engager ses homologues européens – de l’Allemagne à l’Est ». États membres – pour s’assurer qu’ils ont une vision commune.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.