Les augmentations sont le reflet de sa croissance fondamentale

Bien que l’Echiquier World Next Leaders soit commercialisé en Espagne depuis mars dernier, son lancement remonte à 2013. Il s’agit d’un fonds de la société française de sélection de valeurs La Financière de l’Échiquier, géré par Rolando Grandi.

Elle investit dans des thématiques d’avenir (télémédecine, big data, intelligence artificielle…), que la pandémie a accélérées, avec la particularité qu’elle se concentre sur les petites et moyennes entreprises. Au cours de six des sept dernières années – pas en 2021 – il a surperformé sa catégorie, selon Morningstar, celle des actions mondiales à capitalisation flexible.

Quels aspects ont permis à ce fonds de battre sa catégorie ces dernières années ?

Ce produit nous permet de nous positionner sur les activités à plus forte croissance, non seulement élevée, mais aussi durable, et de bénéficier d’une demande qui est structurelle. Deuxièmement, contrairement à de nombreux multithématiques, vous investissez dans des entreprises de taille moyenne à croissance rapide. A cela s’ajoute la gestion de conviction : nous avons entre 25 et 35 sociétés en portefeuille.

Dans quelles régions trouvez-vous les valeurs les plus intéressantes ?

Aux Etats-Unis et en Chine, mais nous voyons également de nouvelles opportunités en Europe dans le secteur des énergies renouvelables : nous avons investi dans le français Voltalia, ainsi que dans l’allemand Hellofresh et dans le groupe suédois de jeux vidéo Stillfront.

La technologie pèse plus de 60 % dans le portefeuille. Ont-ils dû sortir de leurs stocks technologiques en devenant trop chers ?

Plutôt que de nous demander combien pèse un secteur dans le fonds, ou comment le secteur se valorise, nous regardons entreprise par entreprise. Nous avons vendu des sociétés devenues très chères, comme l’américaine Unity, également liée aux jeux vidéo, que nous avons remplacée par la chinoise Agora, une plateforme de communication en temps réel. Lorsque vous choisissez des actions, vous trouvez toujours des opportunités d’investissement.

Vous voyez une bulle dans la technologie et les énergies renouvelables ?

Je ne pense pas qu’il y ait de bulle ou d’euphorie dans ces questions d’innovation. Au contraire, leurs rallyes boursiers reflètent une croissance fondamentale extrêmement saine.

“En Espagne, des start-up technologiques apparaissent, mais elles ont besoin de grandir et d’être cotées en bourse”

Avez-vous une entreprise espagnole dans votre portefeuille?

A ce moment non. En Europe, de nouvelles entreprises arrivent en bourse, les fameuses licornes, et de nouvelles opportunités vont bientôt émerger dans les entreprises multithématiques de taille moyenne. Notre univers est en mutation et en forte croissance, aussi bien en Espagne qu’en Europe.

Et dans l’Echiquier Intelligence Artificielle, que vous gérez également, y a-t-il une valeur espagnole ? Peut-être que la technologie artificielle n’est pas un secteur dans lequel l’Espagne se distingue.

La vérité est que nous n’avons pas d’entreprises espagnoles. On voit des startups qui font leur apparition, mais elles ont besoin d’être développées et répertoriées. Parfois, ils sont acquis par d’autres sociétés. C’est arrivé, par exemple, avec la société technologique sévillane Novayre, qui a été rachetée par l’une des sociétés que nous avons dans ce fonds, l’américain Appian. J’entends par là qu’il existe des entreprises espagnoles dans le secteur de l’intelligence artificielle, mais elles ne sont pas forcément cotées en bourse.

À quel point le boom de la gestion passive est-il difficile ?

La gestion active et passive doit coexister. Ce qui est intéressant, c’est qu’avant, de nombreux gestionnaires reproduisaient l’indice de référence, mais facturaient à leurs clients des commissions élevées. Cela a changé. Maintenant, les gestionnaires sont soit vraiment actifs, soit passifs. Ceux d’entre nous qui restent sont vraiment actifs.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *