Pourquoi les unités de pédiatrie sont-elles si agréables et aucune unité de gériatrie ou de santé mentale n’est-elle aussi agréable

Bien que l’humanisation des soins de santé soit un sujet qui fait les gros titres et les actualités depuis des années, au cours des 18 derniers mois, la pandémie a révélé des lacunes dans le système ainsi que le besoin latent de revoir de nombreux processus sociaux et de santé.

Des carences qui affectent négativement le degré d’humanisation qui existe avec le patient – qui doit être de manière réelle au centre du système et sur lequel il faut compter en tout temps – mais aussi avec les professionnels de santé, qui ont besoin de se sentir valorisés et soucieux de donner le meilleur d’eux-mêmes et que tout cela a un impact positif sur la qualité des soins.

Préoccupée par tout cela, il y a quatre ans est née la Humans Foundation, qui a récemment lancé le premier Congrès International de l’Humanité sur l’humanisation des soins de santé. À partir de là, une collaboration multidisciplinaire est prônée qui implique non seulement des médecins, des infirmières et des patients, mais aussi d’autres professionnels tels que des architectes, des informaticiens, des bénévoles ou des médiateurs dans l’objectif commun d’offrir une prise en charge plus humanisée, empathique, éthique et engagée. Nous avons parlé de tout cela dans cette interview avec le Dr Blanca Fernández-Lasquetty , président du Comité scientifique du Congrès.

Quand et pourquoi la Humans Foundation est-elle née ?
Humans est née en octobre 2017, c’est une fondation à but non lucratif et son objectif principal est de promouvoir l’humanisation dans l’ensemble de l’environnement de la santé. Comprendre l’humanisation non seulement en tant qu’être et être avec les patients, mais dans tout ce qui constitue le processus de soins de santé. C’est aussi l’humanisation avec les professionnels, l’humanisation à partir des environnements, l’humanisation à partir des processus…

C’est tout ce qui se rapporte aux soins de santé : comment pouvons-nous l’améliorer pour que les gens se sentent vraiment accueillis et traités d’une manière digne, avec la plus haute capacité éthique et dans un environnement aussi favorable et amical que possible pour tous . Normalement, nous avons tendance à comprendre l’humanisation comme des professionnels aux patients mais cela va aussi dans tous les autres sens.

“Ce n’est qu’avec une vision interdisciplinaire que nous pourrons faire une humanisation des soins de santé”
Comment l’Humain œuvre-t-il à l’humanisation de l’environnement social et sanitaire ?

Rafael Santandreu : « Si vous voulez survivre dans le monde d’aujourd’hui, vous devez connaître le lait de l’intelligence émotionnelle »
La Fondation est composée d’un président et de six administrateurs, parmi lesquels on retrouve différents professionnels – un médecin, un kinésithérapeute, deux infirmières et un pharmacien – et un patient. Nous comprenons que ce n’est qu’avec une vision interdisciplinaire que nous pourrons faire une humanisation dans l’ensemble de l’environnement des soins de santé.

Et pour favoriser cette humanisation nous développons différents projets autour de la prise en charge de patients atteints de certains problèmes de santé -par exemple le psoriasis ou la santé mentale-, ou dans certains milieux comme dans un service de pharmacie. Nous abordons différents domaines d’humanisation, qu’il s’agisse d’un processus de maladie, d’un environnement de santé ou d’un processus basé sur l’intérêt pour un sujet donné.

“Bien que nous soyons des êtres humains travaillant avec d’autres êtres humains, des situations très éloignées des aspects les plus humanistes se produisent”
Ils soulignent qu’une des raisons de l’organisation de ce congrès est que la pandémie nous a fait prendre davantage conscience des déficits qui existent dans les organisations de santé.

Malgré le fait que les patients et les professionnels soient tous des êtres humains travaillant avec d’autres êtres humains, nous voyons que dans tout le processus de soins de santé, des situations se produisent ou nous sommes dans des environnements très éloignés des aspects les plus humanistes. La pandémie l’a rendu beaucoup plus évident et, en plus, comme elle nous a pris complètement au dépourvu et a désarmé même les équipements matériels, ce qui a été fait, c’est de protéger complètement toutes les institutions et cela a fait passer une énorme facture pour les patients et les professionnels.

Car, quel plus bel exemple de déshumanisation que des patients ont eu à mourir seuls dans leur chambre sans que les familles puissent être là ? C’est l’exemple le plus terrible de ce qu’est la déshumanisation. Et pour les professionnels, c’est la même chose parce qu’ils n’ont pas été protégés et parce qu’ils ont dû être et sont toujours sous une pression énorme qui leur pèse lourdement.

Cependant, je pense que nous avons eu la croix mais aussi le visage parce que, d’un autre côté, nous avons eu tous ces exemples de dévouement et d’engagement, d’essayer d’être le plus possible avec les patients, d’essayer de les rapprocher des familles, que leur environnement était le plus gentil.

Ce congrès a été un espace où nous pouvons mettre tout cela sur la table et partager ce qu’a été cette terrible expérience. Nous avons été infirmiers, pharmaciens, médecins, assistants sociaux, kinésithérapeutes, psychologues… mais aussi architectes, médiateurs, personnes qui travaillent dans des ONG,

“Souvent, ce que veulent les patients, ce n’est pas d’être guéris mais que nous leur apprenions à vivre ensemble et à intégrer le processus de leur maladie dans leur vie”
Le thème du congrès était « L’humanisation, une science au cœur

t”. Quelles sont les principales caractéristiques qui caractérisent les soins de santé humanisés ?

Nous avons totalement mis en pratique la devise car il y a eu des travaux très sérieux et des études de recherche qui ont montré de bons résultats mais aussi beaucoup de cœur car nous avons eu des patients qui nous ont donné de vraies leçons. Qu’ils nous ont dit que c’est ce dont ils ont vraiment besoin de nous, car souvent ce n’est pas le traitement ou qu’ils sont guéris mais que nous leur apprenons à vivre ensemble et à intégrer leur processus de maladie dans leur vie. Que devons-nous humaniser ?

Quant aux patients, celui qu’ils ressentent, perçoivent et sont totalement respectés non seulement quel est le traitement et le diagnostic mais aussi leur sphère psychologique, leur culture, leurs croyances, leur environnement… essayez de manière globale. Pour les professionnels qui sont respectés au sein de leurs établissements, qu’ils soient pris en compte pour grandir, qu’ils soient reconnus, qu’ils disposent d’espaces conviviaux pour travailler comme des patients…

Et puis, dans tous les processus à partir du moment où un patient entre dans un hôpital et rencontre le système de santé, il y a beaucoup de moments où nous devons nous améliorer. Il s’agit de faire ce parcours patient pour les identifier.

“Les professionnels demandent une éducation et une formation pour améliorer leurs compétences relationnelles”
Quelles sont les principales exigences des professionnels pour faire de l’humanisation des soins une réalité ?

À plusieurs reprises dans tous les projets que nous avons réalisés, les patients et les professionnels parlent toujours du besoin d’éducation et de formation pour améliorer ces compétences relationnelles. En fait, dans le congrès, nous l’avons mis en pratique avec quatre ateliers pour la formation des compétences en communication, la croissance personnelle …

Ces compétences d’humanisation doivent commencer dès que les professionnels étudient. Ils affirment que depuis qu’ils ont commencé leur carrière, il est entendu que la communication, l’empathie, le traitement personnalisé et toutes les compétences d’humanisation ne sont pas quelque chose que vous avez ou n’avez pas, mais des compétences entraînables.

Par conséquent, ils demandent de la formation mais aussi moins de rigidité dans les institutions car il est difficile pour les gens de laisser les gens innover ou faire les choses différemment car les structures sont très rigides. Ils demandent aussi que leur travail et leurs réalisations soient reconnus car les patients sont un numéro de chambre mais les professionnels sont aussi « l’infirmière à l’étage » ou « le médecin du cabinet x ».

Et cela est important à humaniser car lorsqu’une personne est bien dans son environnement de travail, lorsqu’elle est ouverte à la reconnaissance et avec des objectifs clairs vers lesquels se dirige toute l’unité, tout le monde se sent mieux. Si les environnements sont meilleurs, les professionnels travaillent aussi de manière plus humanisée avec les patients.

“Passer plus de temps dans la nature et vivre avec les animaux sont essentiels pour l’équilibre du microbiote”
Les universités sont déjà de plus en plus conscientes du fait que toute la formation et l’amélioration des compétences relationnelles ont plus tard un impact sur les soins de santé des gens, leur truc est donc de l’intégrer dans les programmes universitaires. A l’Université européenne de Madrid, par exemple, dès la première année de communication infirmière et médicale avec les patients, fonctionnent des formations interprofessionnelles et de simulation clinique.

Des études ont montré comment ces compétences s’améliorent lorsque vous les entraînez de manière pratique et bien structurée, car ce n’est qu’ainsi que nous pouvons nous mettre en situation réelle. Et cela doit être fait dès la première année. Nous ne pouvons pas le laisser être d’abord clinique et centré sur la maladie, puis sur le reste de la personne.

En soins de santé, la partie biologique et la partie clinique sont aussi importantes que le reste de la personne : sa partie psychologique, sa partie personnelle, sa partie spirituelle… Qu’est-ce que la vie pour eux ? Que signifie ce processus pathologique chez elle ?

“Ce n’est qu’en écoutant et en discutant avec le patient que vous trouverez les clés pour vous améliorer”
Ils accordent beaucoup de poids à l’opinion des patients. Comment peuvent-ils être responsabilisés et que peut-on apprendre de leurs revendications ?

Tant dans notre conseil d’administration que dans tous les projets que nous menons, il y a toujours des patients au sein du comité car nous croyons et sommes convaincus que ce n’est qu’à leurs côtés que nous pourrons savoir ce qui compte pour eux, ce qui les intéresse et ce que nous avons. à améliorer.

Par exemple, nous avons récemment présenté un projet sur des soins plus humanisés chez les personnes souffrant de douleur chronique et dans les groupes de discussion avec des patients, ils nous ont donné des indices que nous ne considérions pas si importants. Les personnes souffrant de douleur chronique nous ont dit qu’elles devaient parler de la mort et les professionnels essaient d’éviter ces sujets.

Parce que la personne qui vit avec la douleur chaque jour passe plusieurs fois dans sa tête, la mort est pour elle le seul moyen de sortir de la douleur et elle a besoin de nous pour en parler. Peut-être qu’il existe d’autres moyens d’y faire face et que nous pouvons l’aider avec des stratégies. Jusqu’à ce que vous leur parliez, il y a des choses que nous ne pouvons pas comprendre. Qu’avons nous à faire? Être avec eux, les écouter, leur parler car ce n’est qu’en faisant cela qu’ils nous donneront le k

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *